61, Ch. Southière
Magog, J1X 0P1

819 843.3334
URGENCE : 911
ÉCHEC AU CRIME

#gardeçapourtoi (les sextos)

#gardeçapourtoi (les sextos)

Depuis quelques années, vous les jeunes, profitez plus que jamais des médias sociaux. Dès le début de l’adolescence, vous avez accès, pour la plupart, à des ordinateurs, des tablettes et même des téléphones cellulaires. Pour la recherche et les contacts sociaux, c’est vraiment génial, n’est-ce pas?

Toutefois, saviez-vous que ces outils peuvent devenir la source d’un véritable cauchemar?

Régulièrement, à la Régie de police de Memphrémagog (RPM), nous devons enquêter des cas de « sextos ». Il s’agit de messages explicitement sexuels ou encore l’envoie d’images de parties intimes de notre anatomie à une tierce personne, à l’aide d’une application quelconque. 

 

Voici une petite mise en situation…

Tu es une fille de 16 ans et en relation avec LE plus beau gars de l’école. Tu es TELLEMENT contente parce que tu pensais que c’était juste impossible de sortir avec ce gars là! Après quelque temps, il te demande de lui envoyer une photo de tes seins… juste une! Il s’ennuie de toi et te dit que si tu l’aimes, tu vas le faire. Tu hésites un peu, mais puisque tu l’aimes et que tu lui fais confiance, tu t’exécutes. Après tout, ce n’est pas pire que ce que l’on voit bien souvent à la télé et dans les revues…

Plus tard, toi et ton copain « cassez » et tu apprends qu’il a partagé l’image de tes seins avec tous ses amis. Tu ne comprends pas… pourtant, tu avais utilisé une application où il ne pouvait voir la photo que quelques secondes!

Comment te sens-tu? 

 

Des dossiers de ce genre, nous en avons malheureusement reçu plusieurs au cours des dernières années et les victimes sont généralement très affectées. Pour ce genre d’événement, il y a évidemment une enquête et nous devons rencontrer toutes les personnes qui ont participé au partage des images intimes. Nous avons le pouvoir de procéder à l’arrestation de ces personnes, car il est interdit selon l’article 163.1 du Code criminel de:

-Produire de la pornographie juvénile (personne de moins de 18 ans), 

-Posséder de la pornographie juvénile (personne de moins de 18 ans), 

-Distribuer de la pornographie juvénile (personne de moins de 18 ans),

-Leurre informatique (le fait de demander à recevoir des images intimes d’une personne de moins de 18 ans).

 

Au-delà du fait que c’est illégal, il faut être capable de se mettre à la place de la victime (empathie). Aussi, il faut savoir que l’enquête pour ce genre de dossier demande énormément de temps et d’énergie puisqu’il y a généralement de nombreux témoins et suspects à rencontrer. Souvent, les personnes qui ont partagé les images ne pensaient pas aux conséquences de leur acte. C’est donc pour cette raison que nous travaillons fort pour t’aviser des conséquences avant que la situation se produise 😉

Alors…

Si tu reçois une photo à caractère sexuel:

-Avise aussitôt une personne responsable. Il faut que la situation cesse… mets-toi un peu à la place de la victime!!

 

Si tu es une victime

-Dis-le dès que possible à une personne responsable et/ou communique avec le service de police. Le partage de photo(s) de ton anatomie doit cesser rapidement.

-Si tu ne sais pas vers qui te tourner, il y a des organismes comme Tel-Jeunes (1-800-263-2266) et Jeunesse J’écoute (1-800-668-6868) qui sont disponibles pour toi. Tu peux aussi consulter les sites internet aidezmoisvp.ca et Cyberaide.ca.

-Si tu as été victime, le Centre d’aide aux victimes d’acte criminel (Cavac) est aussi là pour toi. Tu peux contacter le service au numéro de téléphone suivant: 819-820-2822.

 

En terminant, je t’invite à regarder la capsule vidéo suivante: #gardeçapourtoi. Il s’agit d’une campagne de prévention qui a été fait par le service de police de Gatineau… Tu vas voir le message est percutant! De plus, si tu reçois une demande pour partager tes parties intimes, clique sur le lien suivant afin d’avoir accès à une banque d’images humoristiques 😉 gatineau.ca.

Pour connaître d’autres types de crimes sur les réseaux sociaux, consultez: « Internet et les médias sociaux à l’adolescence »

 

N’oublie pas… #gardeçapourtoi!! 😉