61, Ch. Southière
Magog, J1X 0P1

819 843.3334
URGENCE : 911
ÉCHEC AU CRIME

Internet et les médias sociaux à l’adolescence

Internet et les médias sociaux à l’adolescence

L’internet est un moyen de communication incroyable pour les jeunes de ton âge. Les applications, les réseaux sociaux et autres sont des outils vraiment utiles pour rejoindre tes amis.

Par contre, il y a un côté sombre à tout cela… En effet, trop de jeunes subissent de l’intimidation ou encore sont victimes d’exploitation sexuelle alors qu’ils utilisent ces moyens de communication.


Hameçonnage et leurre informatique

La plupart d’entre vous connaissez très bien internet et ses nombreuses possibilités. Mais savez-vous ce que sont le « hameçonnage » et un « leurre informatique »?

En langage informatique, nous parlons d’hameçonnage lorsque des personnes mal intentionnées tendent des « leurres informatiques » (appâts/pièges) dans le but d’entrer en contact avec d’autres personnes afin d’assouvir leurs besoins.

 

Voici donc quelques conseils pour éviter d’être une victime :

-Lorsque tu te crées un compte sur un média social, utilise un surnom. Il sera plus difficile de t’identifier et de te retrouver.

-N’accepte comme ami que les personnes que tu connais. Il est peut-être « cool » d’avoir des centaines, voire des milliers d’amis, mais c’est beaucoup moins « cool » lorsque seulement l’un d’entre eux est mal intentionné et te veut du mal!

-Lorsque tu discutes en ligne, ne donne jamais d’information personnelle, comme par exemple ton âge, ton adresse, ton numéro de téléphone, le nom de ton école, etc. En cas de doute, consulte un parent ou un adulte responsable qui sera en mesure de te conseiller.

-N’ouvre jamais de courriel ou de fichier provenant de gens que tu ne connais pas. Il peut certainement s’agir d’un piège. Une fois de plus, consulte un parent ou un adulte responsable.

 

Malgré tout, si tu es victime suite à un « leurre informatique », avise tes parents ou un adulte responsable qui, au besoin, nous contactera. Nous avons quelques petits trucs pour retracer les suspects sur le web 😉

Si tu ne sais pas vers qui te tourner, il y a des organismes comme Tel-Jeunes (1-800-263-2266) et Jeunesse J’écoute (1-800-668-6868) qui sont disponibles pour toi. Tu peux également consulter les sites internet aidezmoisvp.ca et Cyberaide.ca.

Si tu as été victime, le Centre d’aide aux victimes d’acte criminel (Cavac) est aussi là pour toi. Tu peux contacter le service au numéro 819-820-2822.

En terminant, voici une excellente entrevue sur le sujet donnée par Me Joanny St-Pierre, procureur pour le Directeur des poursuites criminelles et pénales du district St-François: Clique ici.


La cyberintimidation

Certains individus trouvent parfois du courage derrière un écran pour écrire des commentaires blessants à une autre personne.

Cependant, il faut savoir que les conséquences suite à de l’intimidation sur internet sont les mêmes que dans la réalité. L’intimidation prend plusieurs formes, mais se traduit souvent en menace et/ou en harcèlement. Il s’agit donc d’infractions criminelles et les conséquences peuvent être graves pour le suspect (arrestation, avis aux parents, comparution devant le tribunal, etc). Il faut aussi penser à la victime qui pourrait vivre de la peur et de l’angoisse. Comment réagira-t-elle face à ses émotions?

Il faut que tu saches que les enquêteurs ont différents moyens pour retracer les suspects… même si ceux-ci se croyaient introuvables derrière leur écran.

 

Si tu es victime de cyberintimidation, la première étape est, bien sûr, de couper toute communication avec le suspect. Conserve les conversations, mais supprime l’individu de tes contacts.

Par la suite, n’hésite pas à en parler avec des proches (parents, amis, professeurs, etc) qui pourront te conseiller et t’accompagner dans cette épreuve.

Les policiers de la Régie de police de Memphrémagog peuvent aussi certainement évaluer tes besoins et te conseiller.

Si tu ne sais pas vers qui te tourner, il y a des organismes tels que Tel-Jeunes (1-800-263-2266) et Jeunesse J’écoute (1-800-668-6868) qui sont disponibles pour toi.

Si tu as été victime, le Centre d’aide aux victimes d’acte criminel (Cavac) est aussi là pour toi. Tu peux contacter le service au numéro 819-820-2822.

Il est important d’agir afin que la situation cesse!

 

Si tu veux de l’information concernant les « sextos », clique sur le lien suivant: #gardeçapourtoi.

 

Sur ce, sois prudent.e!! 😉